Première sortie en skis de randonnée nordique et pulka en prévision de la Suède

23 – 24 février 2019

Après les bivouacs hivernaux, les randonnées en raquettes, les sorties en raquettes et pulka, on passe à une catégorie supérieurs, les sorties en skis de randonnées nordiques (abrégés SRN) avec pulka ; et pour ce faire, un petit WE ensoleillé dans le jura nous parait adéquat !

Départ de Mauborget à 9h30 et arrivée à 16h30 au pied du Creux-du-Van. 6 heures de randonnée avec les pulkas chargées du matériel pour deux jours, qui est plus ou moins égale à du matériel pour deux semaines … 16 kilomètres avec un dénivelé positif d’environ 500 mètres. Journée ensoleillée mais froide à cause de la bise; un réel plaisir. En fin de journée, impossible d’avancer, on est sur un faux plat glacé avec un fort vent de face, les éléments sont plus forts que nous et on décide de ne pas mettre les peaux mais de rebrousser chemin pour s’installer pour la nuit. On n’a pas la vue sur le Creux-du-Van, mais on est à l’abri du vent.

Belle soirée en bordure de forêt avec au menu cervelas au feu de bois et tortellini. On plonge dans les sacs de couchage à 20h, éreintés, mais heureux après cette première journée.

Le lendemain, après 12 heures de plus ou moins repos par une nuit froide, petit déjeuner au bord du feu (sur lequel on a dégelé le pain…). On range le matériel et départ à 10h30. Quel plaisir de profiter des descentes pour filer comme deux flèches ; même si on craint un peu la chute avec les skis et la pulka ! Sony s’est retrouvée plus tard cul dans la neige, tel un scarabée sur le dos : il lui a fallu 5 minutes pour se relever avec la pulka, le harnais, les fixations de SRN ; quelle histoire ! Avec le soleil qui tape, les 4 heures de randonnée nous épuisent, et on savoure le plaisir d’enlever les souliers vers 15h15 à notre retour à la voiture.

Les apprentissages, en prévision de la Suède :

  • les skis accrochent super bien sur la neige un peu molle, mais tout se complique sur la neige glacée ; on devra alors mettre les peaux,
  • en cas de chute, se relever est compliqué, et la pulka doit être détachée,
  • les pieds souffrent et doivent donc être bichonnés chaque soir,
  • il faut compter avec une moyenne de 3 kilomètres à l’heure.

 

Le dernier apprentissage est le plus important : on adore, on est conquis par le SRN-pulka, et on se réjouit de partir pour la Suède dans un mois.

© malbikendar.ch 2019