KJÖLUR | 2011 | ISLANDE A VELO

Le vent dicte sa loi et le plan B entre en action: de Keflavik jusqu’à Akureyri en passant par la Kjölur.

Notre plan A tombe à l’eau : l’idée initiale était de traverser la Sprengisandur du sud au nord, mais le vent en a décidé autrement pour nous. Nous devons faire demi-tour et nous optons pour la traversée de la Kjölur.

Notre récit raconte – en plus – pourquoi il faut éviter la Ring Road à vélo, comment nous avons pompé l’eau à en avoir des cloques aux mains, inquiété des touristes américains, poussé les vélos pendant des heures à cause du vent, passé une très mauvaise nuit, eu une fâcheuse surprise le lendemain, fait du 24 km/h sans pédaler, effrayé des islandais avec nos visages plein de sable, dormi dans une maison traditionnelle en tourbe, inventé la raclette islandaise, brûlé les fesses au milieu du désert, rencontré un islandais qui nous autorise à camper dans le jardin de sa maison de vacances et commis une erreur de débutant.

Récit en construction…

Jour 1 | Genève – Keflavik | en avion | 2650 km | couvert

Départ pour l’Islande depuis Genève-Cointrin. A l’aéroport on a deux bonnes surprises : on ne doit ni payer pour les 7 kg de surplus bagages, ni pour les vélos.

Une fois plantée la tente au camping Chez Alex à Keflavik le stress tombe et les vacances commencent ! On tombe aussi : sur nos matelas – il est 2h du matin, mais pour notre horloge interne, qui est restée à l’heure suisse, il est 4h !

 Jour 2 | Keflavik – Grindavik | à vélo | 46 km | beau

C’est la troisième fois depuis 2005 qu’on est au camping Chez Alex et la première fois qu’on peut déjeuner dehors au soleil – c’est tellement rare. Il n’y a pas de vent et on savoure chaque instant. Après avoir laissé les cartons en dépôt chez Alex, on passe au supermarché 10-11 qui se trouve au centre de Keflavik, et qui est ouvert le dimanche, pour acheter de la nourriture pour 2 jours.

Départ à vélo pour Grindavik où on peine à trouver le camping. C’était pourtant bien ici en 2005 (lors de notre premier voyage), ce camping spartiate sur un terrain vague !? En levant la tête on remarque qu’il est toujours là, mais de l’autre côté de la route : un camping flambant neuf ! L’accueil – joli et moderne – nous donne envie de le découvrir : salle à manger avec cuisine équipée, salle de bain hyper chauffée et en plus une terrasse avec vue sur le port. Evidemment ça nous change de la version 2005 et ses sanitaires rustiques où il n’y avait pas de douches, mais un seul lavabo avec eau froide. On avait peu apprécié les allemands qui lavaient les langes de bébé dans le même bac où on faisait la vaisselle…

2ème surprise au Blue Lagoon : on doit faire la file à l’entrée – ça aussi c’est une première. C’est un signe qui ne trompe pas : certains endroits en Islande sont en train de devenir trop touristiques.

 Jour 3 | Grindavik – Urdirhlidar | à vélo | 46 km, dont 25 km de piste | beau

 

Encore une belle journée qui s’annonce, malgré le petit vent on frôle les 25°. Pour rejoindre Selfoss on décide de prendre un autre itinéraire qu’en 2005 (histoire de faire quelques découvertes) et de longer le lac de Kleifarvatn, puis de prendre la Ring Road jusqu’à Selfoss, au lieu de suivre la côte. La montée vers le col juste après Grindavik est maintenant entièrement goudronnée, mais après on retrouve la piste qu’on aime tant. A Krisuvik-Seltun on fait une petite pause pour visiter les solfatares – ça bubulle et fume de tous les côtés. On reprend la piste et on longe le très beau lac de Kleifarvatn (qui est décrit dans le livre « L’homme du lac » d’Arnaludur Indridason). Un petit peu plus loin des travailleurs sont en train de refaire la piste, en mettant une couche de gravier et en passant avec un rouleau-compresseur – ce qui fait une excellente piste style terre-battue. Mais à notre plus grand regret, ils quittent le chantier pile poil à 17h et nous laissent une profonde couche de gravier non compressée. Impossible de rouler, on doit pousser les vélos, c’est la galère, à chaque pas on s’enfonce! On campe un peu plus loin, dans une magnifique petite vallée ; et on finit la journée avec un beau coucher de soleil orange.

© malbikendar.ch 2019